2 Mirabelle de Nancy

  • Le mirabellier (Prunus domestica subsp. syriaca) est une variété auto-fertile.
  • Cet arbre productif de 4 à 10 mètres de hauteur est idéal pour la pollinisation des autres pruniers.
  • Il produit un fruit petit, arrondi, jaune terne nuancé doré, à la chair ambrée et fondante au gout de miel il a un noyau épais dont la surface est ridée vers le sommet.
  • Le fruit est plus gros que la mirabelle de Metz mais le gout légèrement moins sucrée
  • Pour obtenir des fruits de bonnes qualité gustatives il faut un climat avec des écarts de températures important entre le jour et la nuit et une température diurne pas trop élevé, certain parle d'une limite de 25°C
  • Le principal critère de choix pour les mirabelles est leur degré de maturité. Il faut ainsi préférer des fruits dont la peau est souple au toucher, et recouverte de pruine (pellicule cireuse protectrice observée sur certains fruits comme les prunes et le raisin), ce qui est un gage de maturité et de fraîcheur.
  • De petites taches rousses ou rouges peuvent aussi être le signe d'un fruit mûr.
  • Enfin, lorsque vous ouvrez la mirabelle, le noyau ne doit pas (ou peu) adhérer à la chair.
  • La mirabelle est un fruit fragile, sensible à l'entassement : étalez-les dans un compotier pour espérer les conserver 2 ou 3 jours, à température ambiante.
  • La congélation de fruits lavés, séchés et dénoyautés est également possible il s’utilise beaucoup en pâtisserie.
  • Le mirabellier semble avoir des origines orientales (Caucase, Arménie), ou asiatiques (Chine). Quoi qu'il en soit, il nous vient de l'Est, et il n'a fait que tardivement son apparition en France.
  • La légende veut que la mirabelle ait été introduite en France par René II, Duc d'Anjou et de Lorraine, au XVe siècle.
  • Il est également possible qu'elle ait d'abord été cultivée dans le Midi, dans des communes portant le nom de Mirabel et Mirabeau (Drôme, Tarn et Garonne, Vaucluse), avant de gagner la Lorraine car René II duc de Lorraine vécut sa jeunesse à la cour de son grand père le bon roi René.
  • Mais on dit aussi que le prunier nous est parvenu à l'époque des Croisades, entre le XIe et le XIIIe siècle... Le débat reste ouvert!