1 Curé
  • Le poirier trouve une place privilégiée dans les terrains ensoleillés, légers et frais, pas trop calcaires.
  • A partir du moment où il ne subit pas de situations trop froides ou trop humides, il s'adapte à tous les climats et peut se cultiver jusqu'à 900m d'altitude.
  • Cette variété  reste un fruitier très résistant face aux maladies, il n'est pas sensible à la tavelure, mais craint particulièrement l'attaque du carpocapse.
  • Cette variété nécessite la présence de variétés pollinisatrices à proximité, telles Louise Bonne ou Williams, pour améliorer la production.
  • Appartenant à la famille des poires à cuire, la poire Curé ne peut être confondue avec aucune autre à cause de la bande longitudinale qu’elle porte en son milieu.
  • La récolte est tardive, à partir de novembre. La pleine maturité des fruits étant de décembre à janvier.
  • Sa peau lisse et épaisse, d'un vert jaunâtre, granité de points noirs et verts et légèrement teinté de rouge pâle à l'insolation, renferme un parfum puissant et savoureux.
  • Ces petites poires ne sont pas bonnes à manger crues à cause de leur âcreté. Une fois cuites, en revanche, elles sont absolument délicieuses!
  • Trouvée par hasard, en 1760, par M. Leroy, curé de Villers en Brenne, près de Clion (Indre), la poire Curé produit de gros fruits, piriforme allongé, à surface irrégulière, de très bonne qualité, à la chair fine et juteuse et de bonne conservation.