1 Rhus Glabra 

Vinaigrier, Sumac à bois glabre

  • Le Rhus Glabra de la famille des Anacardiaceae est un arbuste dioïque dont la durée de vie est d'environ 20-30 ans.
  • Les Rhus sont un genre qui compte 125 espèces.
  • De croissance rapide, Le Rhus Glabra atteint une hauteur : 2 à 3m pour un étalement de 2 à 3m.
  • On le multiplie par séparation des rejets ou par semis.
  • Il se développe en sol frais, drainé, plutôt riche, même calcaire et demande au moins 6 h de soleil direct par jour.
  • Il tolère parfaitement la pollution, le vent et les embruns. Taille éventuelle au début du printemps. Une fois installé il est parfaitement adapté à la sécheresse.
  • Idéal pour les petits jardins sec ou ceux en bord de mer recherché pour ses couleurs automnales, il peut être utilisé en cépées dans les massifs ou dans la composition de haies, d'autre part comme toutes les autres espèces du genre il n'est pas convoité par les cerfs et les lapins.
  • Son port est buissonnant, rameaux glabres et rougeâtres contenant un suc laiteux toxique.
  • Son  feuillage est  caduc, bleu vert, glauque sur le revers, virant dans divers tons de rouge dont framboise et orange à l'automne.
  • Ses longues feuilles (30 à 50cm) alternes, composées, et pennées, comportent 11 à 31 folioles lancéolées, aiguës et dentées, sur un long pédoncule rougeâtre.
  • En juillet- août, il fleurit en longues panicules terminales denses et velues de couleur jaune-verdâtre, visitées par les abeilles qui y trouvent nectar et pollen.
  • Ses fruits sont des drupes visqueuses, velues, réunies en grappes, rouge pourpre à maturité, contenant une petite graine jaune paille réniforme pourvue d'un hile, drupes consommées par les oiseaux.

  • Attention: Les fruits de la plupart des Rhus sont extrêmement toxique pour l’homme, c'est notament lecas du Rhus Glabra. Bien qu'en Amérique du Nord, les baies du sumac de Virginie (Rhus typhina) ou du sumac à bois glabre (Rhus Glabra) sont parfois utilisés pour faire un genre de limonade, la « sumacade » ou « limonade indienne », il est fortement déconseillé de consommer ces fruits.
  • Certains sumacs sont utilisés dans le tannage du cuir, leurs feuilles contenant beaucoup de tanin. Le tannage au sumac, en utilisant l'écorce et les feuilles, rend le cuir souple et léger. Le maroquin peut être tanné au sumac, ainsi le Rhus Coriaria tire de cet usage son qualificatif « des corroyeurs », le corroyeur étant l'artisan qui apprête le cuir.
  • Les baies de certaines espèces non toxiques (comme celles du Rhus Coriaria) sont utilisées en cuisine du Moyen-Orient comme condiment. Elles sont parfois utilisées entières, mais le plus souvent séchées puis réduites en poudre rouge foncé, au goût acide et astringent. En Iran (par exemple), le sumac en poudre est souvent proposé sur la table avec les brochettes de viande hachée et le riz afin que chacun en saupoudre sur son assiette à sa convenance. Le sumac en poudre entre parfois (au Liban surtout) dans la composition du za`tar, un mélange d'herbes et d'épices (thym, sésame…). En infusion ou en remplacement des câpres et du piment rouge.

  • Son nom Rhus vient du grec 'rhous', mot qui signifie ‘arbrisseau’ ou ‘buisson’.
  •  Il est originaire des États-Unis (de l'Arizona à la Floride jusqu'au Maine). Ce genre comprend environ 250 espèces de vivaces, d'arbustes ou arbres caducs ou persistants souvent dioïques dont 20 espèces d'Amérique du Nord.
  • Il a été introduit en Europe vers 1620.
  • Certaines espèces du genre Rhus telles que l'Arbre à laque, aussi appelé sumac au vernis (anciennement Rhus vernicifera) dont le suc, également vénéneux, sert, chez les Japonais, à vernir les ustensiles de bois en laque, appartenaient au genre Rhus mais elles ont été reclassées dans le genre Toxicodendron dans les années 1970.