1 Mûrier Noir
  • Les mûriers sont des variétés du genre Morus, appartenant à la famille des Moraceae est composé d'une dizaine d'espèces.
  • Il s'agit d'arbres ou d'arbustes dont certains sont cultivés pour leurs fruits (les mûres) ou leurs feuilles, qui servent de nourriture au ver à soie.
  • Parfaitement adapté au climat du sud de la France, on en trouve egalement dans les Cévennes et le nord de la France pour certaines variétés.
  • Il ne faut pas confondre les mûriers avec les ronces, plantes ligneuses de la famille des Rosacées, dont les fruits sont similaires par l'aspect et le goût et portent aussi le nom de « mûres de ronce » par analogie.
    • Le mûrier, connu en tant que producteur d’aliment pour le ver à soie, (c’est surtout sa masse foliaire qui était recherchée) était essentiellement le mûrier blanc (Morus Alba L.). Pourtant, de nombreuses variétés séricicoles de mûrier blanc produisent également d’excellents fruits.
    • Le mûrier noir (Morus nigra), nommé également « mûrier à fruits » au feuillage plus foncé, à la croissance plus lente et aux fruits plus tardifs était autrefois planté près des poulaillers, les Anciens ayant remarqué que les volatiles en étaient friands.
  • Cet arbre fruitier ne demande aucun soin ni traitement particulier, tous types de sols lui conviennent (même pauvres, secs ou salés de bord de mer).
  • Très facile à conduire et à tailler, on peut aussi le laisser évoluer en forme libre.
  • Le mûrier noir est un arbre monoïque à croissance lente pouvant atteindre jusqu’à 20 mètres de hauteur.
  • D’une grande longévité, le mûrier noir peut vivre jusqu’à 120 ans. Par la suite, il n’est pas rare que l’arbre se fende en deux sous le poids des branches charpentières.
  • Ses feuilles caduques de 15 cm de long sont cordiformes, alternes, glabres ou légèrement pubescentes au revers de la feuille.
  • Le mûrier noir est très gourmand en eau durant la période de croissance, il ne faut donc pas hésiter à bien l’arroser notamment après l’avoir repiquer en pleine terre.
  • Quand le système racinaire sera bien implanté en profondeur, l’arrosage pourra cesser.
  • Il ne nécessite pas d’entretien ou de taille particulière.
  • Il est parfaitement rustique.
  • Autofertile, il fleurit au printemps sous forme de chatons
  • Le mûrier noir porte toujours des fruits violets foncés comestibles d’environ 25 mm de long, très tachant qui arrivent à maturité entre juillet et août.
  • Ils doivent être consommés rapidement car ils sont rapidement périssables.
  • Presque noirs avant maturité le fruit est plus acide.

 

  • La saveur des fruits du mûrier noir plaît à la quasi-totalité du grand public.
  • Ils sont très appréciés dans les pays qui les cultivent, notamment au Moyen-Orient (Iran, Syrie, Liban, Israël). Leurs fruits, mangés crus en dessert, sont considérés comme une friandise, au même titre que les framboises mais ils sont rarement commercialisés du fait de leur fragilité.
  • Le goût évoque celui de la mûre sauvage, quoique plus doux  et moins acide.
  • Son fruit peut être décliné en sirop, liqueur, confiture ou encore en gelée comme la mûre sauvage.
  • Ses fruits servent aussi à fabriquer un vin en Cornouailles.
  • Le jus de ses fruits peut être utilisé en gargarismes pour soulager les maux de gorge.

  • C’est un arbre fruitier de la famille des Moracées, originaire d’Asie occidentale et notamment du Sud du Caucase, d’Arménie et d’Iran.
  • Aujourd’hui, il est également naturalisé en Amérique du nord (Canada, États-Unis), en Europe et en Chine
  • Il est cultivé dans tout le bassin méditerranéen depuis l’Antiquité pour ses fruits délicieux, qui sont malheureusement plutôt délaissés de nos jours, malgré ses nombreuses utilisations et vertus.