10 Cognassiers de Provence
  • Le Cognassiers (Cydonia oblonga) est un arbuste ou un petit arbre de la famille des Rosacées originaire des régions tempérées du Caucase et d'Iran.
  • Ses fruits sont des coings appelés aussi pommes d'or ou poires de Cydonie.
  • C'est l'unique représentant du genre Cydonia.  Le genre était anciennement composé de quatre autres espèces aujourd'hui réparties dans deux autres genres : Pseudocydonia et Chaenomeles avec lesquels on le confond souvent. 
  • Voilà un petit arbre sympathique qui convient bien à l’amateur car il est peu exigeant et il pousse à peu près dans tous les sols.
  • Le cognassier est un petit arbre à feuilles caduques, mesurant 5 à 8 m de hauteur et 4 à 6 m de large.
  • Les feuilles sont alternes, simples, de 6 à 11 cm de long, à bord pubescent.  Les jeunes rameaux sont tomenteux. 
  • Au printemps, il donne à foison une floraison étalée. Les fleurs à cinq pétales blanc-rosé ont 4 à 5 cm de diamètre. 
  • Cousin du pommier et du poirier, il forme comme eux des fruits à pépins, les coings. Les fruits immatures sont verts et cotonneux en surface. La plupart des variétés perdent ce voile cotonneux avant la fin de l'automne lorsque le fruit change de couleur et devient jaune doré à maturité.
  • Piriformes ou maliformes, volumineux et très odorants, les coings mesurent de 7 à 12 cm de long sur 6 à 9 cm de large.
  • En France, il s'est naturalisé surtout dans le Midi où on le trouve dans les haies et sur le bord des cours d'eau. Il est cultivé dans de nombreuses régions tempérées du monde.
  • En Provence, le cognassier était souvent cultivé en haie. Nous en avons planté 6 Cognassiers de Provence dans la haie et 4 en plein vent.
  • À l’automne, il donne un fruit très odorant, au parfum très marqué, qui arrive à maturité à partir de la mi-octobre.

 

  • Il peut se manger cuit avec des viandes.
  • On fabriquer de très bonnes pâtes de coing et de la gelée qui, à elle seule, justifierait sa place dans le verger amateur.

 

  • Le cognassier est originaire des régions tempérées allant de la mer Caspienne à la mer Noire : Iran, Arménie, Azerbaïdjan, Russie caucasienne, Turkménistan.
  • Les sources littéraires semblent indiquer qu'il aurait atteint les régions méditerranéennes seulement à l'époque classique. 
  • Le fruit était connu des Akkadiens et on pense que la culture du coing a précédé celle de la pomme. 
  • Il pourrait s'agir de la « pomme d'or » dans la mythologie grecque ou même du fruit paradisiaque du jardin des Hespérides.
  • Le fruit était connu dans la Grèce antique. La variété la plus appréciée venant de la région de La Canée (« Kydonia ») sur la côte nord-ouest de la Crète, était appelée «μῆλα κυδώνια (Mela Kudonia)», soit «pomme de Cydon», d'où le nom scientifique du genre, «Cydonia», attribué au cognassier. 
  • Chez les Grecs anciens, le coing était un cadeau rituel fait à l'occasion de mariages, car il était venu du Levant avec Aphrodite et était resté sacré pour elle car offert par Pâris. Plutarque rapporte qu'une mariée grecque grignotait un coing pour parfumer son baiser avant d'entrer dans la chambre nuptiale, « afin que le premier salut ne soit ni désagréable, ni déplaisant ».
  • C'est pour trois coings d'or qu'Atalante s'arrête dans sa course. 
  • Les Romains aussi utilisaient le coing, le livre de cuisine romaine d'Apicius donne des recettes de ragoût de coing avec du miel, et propose même un mélange, inattendu pour nous, avec des poireaux.